16 de enero de 2010

En soupirant pour...

Qu’est-ce qui s’est passé avec tous les écrits objectifs et analystes ? Je n’essaie pas de parler un français parfait et vous démontrer que je peux l’écrire ou n’importe quoi. Je ne veux pas me justifier chaque fois que j’écris ce que je veux.

Peut-être que je veux trop de choses. C’est difficile d’exprimer une situation et une forme de sentir sans dire rien du tout. C’est difficile quand tu sais que j’ai trop de choses dans mon esprit pendant que j’écris et j’utilise d’autres mots. Comme si ma bouche et ma tête n’avaient pas de connexion.

C’est vrai qu’il n’y a pas de connexion trop directe entre l’esprit et le corps.
Cependant, si un jour on ne dort pas, on se sent mal, on ne peut pas penser avec de la clarté et on peut s’agir en conséquence. Comme ceci, si l’on a l’esprit un peu déplacé, notre corps ne va pas bien, il se plaint et il décide de faire des choses différentes aux ceux que l’on lui ordre. Et vice versa. C’est pour ceci que la clarté et la puissance de notre corps et esprit est lié d’une forme ou d’une autre. Si l’on décide d’être pire chaque jour on ne doit que s’arrêter à manger ou laisser que tout les petites choses qui ne vont pas comme l’on voulait se transforment en un point principal de notre vie. Donc, la décision est toujours à nous. Et les situations qui se trouvent dehors font les scènes de notre corps et notre esprit, mais… Comme seriez-vous s’ils n’existaient pas ? Seriez-vous tristes ou contents ? Je vous le dit : contents. Bien sûr.

Mais, bon, ce n’est pas toujours facile de faire comme si le monde n’existait pas, après tout, on l’aime bien et on ne veut pas être loin de lui.
Comme une amie m’a dit l’autre jour : tout ira bien (même si ça faisait référence à un travail pour l’université). Tout va toujours bien. C’est pourquoi je ne suis préoccupée presque jamais. Parce qu’il y a toujours une solution, une forme de vivre avec un sourire.

Allez bien, je vous sourire derrière l’écran. Ce n’est pas si important si les yeux l’accompagnent.

4 cuchicheos:

Entropia dijo...

Ni flowers de lo que has escrito. Para una actualización que haces y resulta que me lo escribes en gabachua... xD

Imil dijo...

jijiji!! bueno algun dia la traducire, o algo :P

P.D: odio que me conviertan los apóstrofos en tildes ¬¬

.·*{ Maria }*·. dijo...

C'est joli ce que tu dis. Je crois que si le monde n'existait pas nous ne se serions pas nous.
Tout ira bien, sourire et rêver fait la vie plus facile.
:)

Imil dijo...

Oui, la chose difficile c'est de savoir l'essence du monde et pas tout ce que l'on croit que le monde est. Quand on est tristes c'est parce que nous nous sommes trompés à la forme de le voir et comprendre ^^

sourire et rever... quelle sensation!! :D

Publicar un comentario en la entrada

* ¡A comentar se ha dicho! *